Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  
 Prénom  Jean-philippe  Nom  
 Age  0  Minimessages  Envoyer un message
 But du voyage  Tourisme  Durée du séjour  indéfini
 Date de départ  23 AOUT 2008   Note: 5/5 - 6 vote(s).
 Description : 

[ Diaporama ]

[ Diaporama Flash ]

[ Vidéos ]

[ Suivre ce carnet ]

[ Derniers commentaires ]

[ Le trajet de Jean-philippe ]

[ Mes liens favoris ]

 Localisation : Guyane française
 Date du message : 30/09/2010
 Diaporama des photos de ce message
Page précédente Page suivante Retour liste messages Imprimer
 Mission passeport

 

Dimanche 26 Septembre

Encore réveillés à pas d'heure par la musique du voisin (du zouk en plus, histoire de bien te prendre la tête dès le levé), nous décidons de partir pour une balade matinale à Chilibonbo. C'est une petite crique, payante, bien aménagée à l'extérieur de Saint Laurent.
Notre balade matinale teminera quand même sur les coup de 16heure...

ça y est ma voiture qui trainait depuis janvier dans le jardin, vendu en juillet est récupérée par son nouveau proprio...


26092010Jean-Guy955473973



Jeudi 30 Septembre

Encore un défi à relever aujourd'hui : aller faire des papiers dans une administration du Suriname à Saint Laurent...
J'accepte cette mission infaisable. Et comme d'habitude si moi-même ou l'un de mes collaborateurs était pris ou tué, le département niera avoir eu connaissance de mes agissements.
Malheureusement pour moi mon modulateur de voix n'a plus de pile, je ne pourrais pas parler Surinamais.
J'arrive en avance, mais un peu moins en avance que les dizaines de personnes qui attendent déjà. Je décide de venir avec une identité secrête : un jeune homme blanc qui vient chercher des papiers pour passer dans le pays. Une espion déjà sur les lieux me fait l'état de la situation.En la rejoignant je gagne dix places.
Applicant les règles, j'attends le moment ou une personne de l'ambassade va tendre les tickets de (vrai) rendez-vous. Au lieux de tuer tout le monde à mains nues je patiente et me fais presque passer dessus ; une couverture. Le ticket indique un second rendez-vous une heure et demie plus tard. Ils sont forts à la police surinamaise, avant la confrontation physique ils te font déjà passer des tests nerveux.
Je reviens donc pour un tête à tête qui s'annonce rude. Sans mon traducteur vocal je risque à tout moment de me faire démasquer.
J'arrive devant le bureau et m'assois en face du gars. Il semble ne pas m'avoir vu, ai-je encore sans le vouloir usé d'une discrétion de commando? Il poursuit son activité de rangement de papier, c'est un test encore ou ai-je revétu ma cape d'invisibilté sans m'en être rendu compte? Je fais du bruit, place mes faux documents devant de moi, fais le touriste en prenant de la documentation... Mon masque est prêt à tomber, il m'énerve à m'ignorer... Je vois qu'il à des trombonnes sur son bureau, j'ai deux pièces de monnaie et certainement un chewing gum sous ma chaussure, il ne le sait pas mais je pourrais faire une bombe à retardement avec ça et la lui coller sous la chaise...Mais bon...
La mèche qui me brule m'indique que cela fait dix minutes que j'attends devant lui, lorsqu'il me regarde. Il engage directement les hostilités en montrant quelques signes d'impatience en agitant les doigts. Je m'active et lui pose l'ensemble des papiers et l'argent. Il pousse négligement la petite liasse. Comment ça les agents de l'Etat du Suriname ne sont plus corruptibles!?? A peine posé le premier passeport sur le coté qu'il tape avec son doigt sur le bureau pour me dire que je traine à lui préparer la suite. Je le tue tout de suite?! Il pose le second passeport et lève les mains d'exaspération tant je traine à lui donner le troisième et dernier passeport dans la demie-seconde. Je réfléchis déjà à comment sortir rapidement après l'avoir tué.
Il pose le dernier passeport sur le coté et me lance un morceau de papier. J'ai été briefé, c'est pour la troisième et dernière épreuve dans quinze jours : le rendu des passeports. Lui aussi est très bon dans son rôle « d'administratif con » et tiens son rôle jusqu'au bout. Je lui demande s'il faut que je revienne avec le morceau de papier qu'il m'a remis. J'ai joué au plus administratif.
Excédé, il s'énerve et parle anglais en me disant que ça paraissait évident, qu'il ne m'avait pas refilé ça pour rien. Il a craqué, j'ai gardé le masque, avec l'envie dissimulée de le briser.


30092010Jean-Bon(d)955473973


Note: 0/5 - 0 vote(s).
Syndication :

Précédent - Suivant - Retour à la liste des messages

Laisser un commentaire