Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  
 Prénom  Jean-philippe  Nom  
 Age  0  Minimessages  Envoyer un message
 But du voyage  Tourisme  Durée du séjour  indéfini
 Date de départ  23 AOUT 2008   Note: 5/5 - 6 vote(s).
 Description : 

[ Diaporama ]

[ Diaporama Flash ]

[ Vidéos ]

[ Suivre ce carnet ]

[ Derniers commentaires ]

[ Le trajet de Jean-philippe ]

[ Mes liens favoris ]

Vidéos :
Bestiole bizarre
Bestiole bizarre


 Localisation : Guyane française
 Date du message : 16/05/2009
 Diaporama des photos de ce message
Page précédente Page suivante Retour liste messages Imprimer
 On les a caïmans vu...

 Samedi 16 et dimanche 17 Mai

Week end chez M.LEE, qui en fait s'appelle XIONG! C'est son prénom Lee. Ça restera quand même « Chez Monsieur LEE ».
C'est un re-tour puisque j'y suis déjà allé (message du 3/10/2008) mais c'est toujours aussi bon.
Départ de Javouhey, tour en pirogue et en un quart d'heure nous voilà arrivés.
Tout comme dans l'équipe, il y a quelques nouveautés sur place : plus de corde pour faire Tarzan!, un petit serpent aquatique juste au bord du ponton (dans les pires apparement) et les cris des singes hurleurs (c'est entre le bruit du vent, le souffle dans une bouteille ouverte, un bon gros rototo et une attaque de zombies...), ça donne ça :
http://www.youtube.com/watch?v=GFKh4FNu8fc&hl=fr .

On fait quoi ce soir, on joue aux cartes ou on va faire un tour en pirogue de nuit pour aller admirer les caïmans? Moi j'ai pas de cartes! Ouverture de la chasse aux caïmans...
Allé, on embarque tous dans le bateau de notre guide (Gilbert, 20ans). Conditions de sécu maximales : 12 personnes dans un petit bateau, de nuit, avec une petit lampe frontale, niveau d'essence??, pas de rames de secours, sans aucun gilet de sauvetage..le club med' quoi! « Bon avant de partir je vais vous demander quelque chose, maintenant vous ne touchez plus l'eau... » Tu, tu m'étonnes...!
C'est parti, il fait nuit, nous sommes à bord d'une pirogue voguant en pleine nuit sur l'Accarouany. Tous yeux ouverts nous suivont le faisceau lumineux jaune du guide « essuie-glaçant » de droite à gauche aussi vite qu'une balle de tennis... Observateurs attentifs (tu m'étonnes y a peut être des caimans autour de nous!) nous nous faisons surprendre par des poissons (volants!?) qui sautent à coté de nous de presque un mètre au dessus du niveau de l'eau.
Nous enfonçant de plus en plus profond dans la forêt sur le fleuve, nous déséspérons de voir les 'viandosors'. Jusqu'à ce que le guide ne sorte de son filet un recoin caché censé receler de petits sacs à main vivants ; endroit qu'il trouva même en pleine nuit noire, noire et obscure, obscure et sombre ; et sans se cogner contre les murs les murrrs...
« Qui veut sortir du bâteau pour aller voir les caimans? » ça faisait un peu film d'horreur : « Et maintenant qu'on est perdu au milieu de la forêt amazonienne, si on commençait à faire des petits groupes pour être plus vulnérables? » Seuls les plus valeureux, les plus téméraires, les plus aptes à survivre de nuit au milieu d'une flore étouffante et d'une faune 'homni-mangeante' aux aguets l'on suivis,, ...je suis resté dans la pirogue.
Nannnn!!! J'ai fait parti de l'expédition, nous étions trois ; Gilbert le guide et David mon compagnon d'aventure (moins 'papillonnante' cette fois ci)...On sort du bâteau en laissant les femmes surveiller l'embarcation. Chacun son arme : je prends le coupe-coupe ( hey hey pas con!), David son filet à papillon!, et Gilbert une longue branche de bois de même diamètre que mon pouce avec au bout un morceau de ficelle... Vision subjective de la forêt n'est-il pas!?
« - Pardon Gilbert c'est pour quoi faire ta canne à pêche?
- Hihih
- ..?
- Attraper les caimans -...! »
Oouuaii... Ok, t'es peut-être le Hmongs spécialiste mais on va faire un truc : toi tu gardes ta branchette et moi ma machette!
On s'enfonce dans la forêt en suivant l'homme à la brindille. La nuit noire ne nous laisse que peu de chance pour retenir le chemin, mais je pense parler pour David aussi « s'il arrive quelque chose, quoique ce soit.., je dois savoir revenir au bateau ». Nous faisons donc bien attention au chemin en nous retournant assez souvent pour « mettre en image » le chemin retour.
Nous voilà proche de l'Endroit, nous avançons avec encore plus de moins de bruit... Nous faisons craquer les branchages sous nos pieds très silencieusement.
Un bruit. Un signe. Comme des vrais on fait ce que nous indique la langage des signes si particulier de notre soldat éclaireur ; on se baisse, sans bouger, les yeux grands ouverts. On s'approche du foyer, plus aucune secousse ; fausse alerte. Pas plus de caiman ici que dans le reste de la Guyane. Quelle belle arnaque, le tourist'tour fonctionne bien, ici il n'y à bien que des tortues d'une demie-tonne, des araignées inamicales, des serpents singuliers, et des insectes invraisemblables.
Pas de chance ce soir en fait.
La file indienne fait demi tour, david devient le berger. On avance en faisant toujours bien attention de prendre la même route qu'à l'aller. Mais un paradoxe nous arrête.
Deux certitudes aberrantes cohabitent en nous : nous sommes sûrs d'être sur le bon chemin et nous sommes sûrs d'être perdus! Il vaux mieux prévenir que mourir. Gilbert passe devant. « ah la c'est pas le même chemin, je sais pas où on est! » Et là, quand un guide dit ça, dans la plus hostile des forêts du monde, en pleine nuit, quand on est à coté d'un mec qui tient un bout de bois et l'autre un filet à papillon, qu'on n'est pas lecteur d'un livre installé sagement sur une chaise : on flippe!!

Nous savions tous les trois où nous étions par rapport au bateau, nous avons simplement fait un peu de hors piste, si tant est qu'il y en eu une...
Déçu d'arriver les yeux vides mais heureux d'être revenu à bon port.

Agréable nuit en hamac, matinée sur site.
Départ en pirogue, puis direction Awala pour profiter tranquillement de la plage.

Mais comme les projets sont d'éternels chantiers c'est discut' avec les kite-surfers et capoeira avec la branche 'accrobatique' du club.


Encore un temps estival. C'est pas qu'on l'attende avec impatience mais où est la pluie! Alors que certains apprécient le beau temps d'autres, ayant des jardins, s'inquiètent quand même ...


1617052009Jean-Guy955473973

Note: 5/5 - 1 vote(s).
Syndication :

Précédent - Suivant - Retour à la liste des messages

Par Beach boy

le 26/06/2009 à 17:27:32

C'est flippant !! Enfin, pas les caïmans... Le guide !!! Révise ton code vagnon avant de te lancer dans la marre aux caïmans !!

Répondre à ce commentaire

Par Jean-philippe

le 08/07/2009 à 00:10:55

Hey Mitch Boy!!!
Ouai c'est un peu grave mais c'est tellement 'Guyane' !!...

Répondre à ce commentaire

Par Adé

le 05/07/2009 à 20:18:56

Jsuis sure que c est toi qui a mis en liberté un caiman dans un étang vosgien!!!!! C'est pas drôle...
Dis voir, y a pas de coiffeur en Guyane? hi hi hi
Allez pense à moi le 20 juillet, je mets les pieds à quelques pas (ok de très grands pas!) de chez toi... Regarde en direction d'Ushuaia je t'enverrai des signaux
Bisou

Répondre à ce commentaire

Par Jean-philippe

le 08/07/2009 à 00:21:10

Heyyy!!!
Alors pour te répondre nan ce n'est pas moi qui ai mis un caïman dans ta marre, mais dès que je reviens j'en prends un dans mon sac à main..
Les coiffeurs..trop chers!
Fais moi un petit signe quand tu passeras au dessus de moi, lache quelques mirabelles ça me fera plaisir...Tu vas au bout du bout pour de vrai?? Moi si j'y vais c'est pour continuer en bateau encore juste un peu en dessous... ça serait excellent que tu passes, y aura Elise...mais je pense que vous en avez déja parlé...

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Kikooboo.com (Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage) recommande Get Firefox!
 Publicité : pub-wwfpub-greenpeacepub-amnesty