Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  
 Prénom  Jean-philippe  Nom  
 Age  0  Minimessages  Envoyer un message
 But du voyage  Tourisme  Durée du séjour  indéfini
 Date de départ  23 AOUT 2008   Note: 5/5 - 6 vote(s).
 Description : 

[ Diaporama ]

[ Diaporama Flash ]

[ Vidéos ]

[ Suivre ce carnet ]

[ Derniers commentaires ]

[ Le trajet de Jean-philippe ]

[ Mes liens favoris ]

Vidéos :
Vive le vent...
Vive le vent...


 Localisation : Guyane française
 Date du message : 20/12/2008
 Diaporama des photos de ce message
Page précédente Page suivante Retour liste messages Imprimer
 Our Space. 'Road-ket' trip with Manon

 

Samedi 20 décembre 2008

Décollage (le notre) 10h30 pour Kourou. Manon et moi allons former le couple reporters spatiaux.

Arrivés vers 13h, qu'est ce qu'on fait? On mange? On passe devant un grand panneau du Mc Do...Manon, Manon, Manon, j't'en prriiieee, stoplé, stopléstoplé....

Yes, ça fait 5 mois...
J'allais peut-être faire un film moi aussi : « Super size me Vs » Je voudrais voir ce que ça fait si je ne mange pas de Mc Do pendant des mois et des mois... Sujet sensible, je vais m'attirer de véhémentes critiques et c'est trop risqué pour ma santé, jvais pas le faire...envoie le bacon et le Mc chicken avec Sprite et potatoes... quoi!? Pas de potatoes, ça se fait pas ici!! beuh!snif..

Pour se digérer tout ça on se cherche une petite plage. On a encore le temps avant le décolage de la fusée qui est prévu entre 18h50 et 19h50. On se trouve à la différence de Saint laurent, une vraie plage avec une vraie étendue de sable. L'eau étant toujours marron mais bon.
Trois gamins s'approchent "Bonjour, madame, bonjour monsieur, on à vu un espadon, un dauphin et une tortue, on les a vu mais après ils sont partis la bas, mais quand même on peut vous monter l'espadon parce qu'il est mort, et le dauphin c'était un dauphin de guyane avec la tête plus courte devant... ... ..." Wow! On se calme les morveux...
Allé on fait une balade ensemble. Sur le chemin une bonnefemme nous dit qu'il ne faut pas qu'on laisse nos enfants comme ça sans surveillance depuis des heures sur la plage (mais c'est pas les notres!). Elle ajoute qu'il ne faut pas aller plus loin car un homme joue, tout seul, plus loin, avec son "harpon" (ont compris les enfants). Sympa cette plage, demi tour les enfants... Elle nous parle de viol et d'enlèvement possible sur cette plage... j'adore Kourou! Enfin y a pareil sur Saint laurent...
Après les avoir suivi et discuté un petit moment on leur demande où sont leurs parents. "Ils nous ont déposés à l'autre bout de la plage ce matin ils viendront peut-être plus tard dans l'après midi, mais on n'a pas mangé et on a faim..." Non Manon on ne prends pas une demie heure pour les emmener pas au Mc Do ; sans dec'!...
Coup de tèl à la maman et hop rentrés chez vous les morveux. 

On poursuit dans Kourou. Que faire dans une ville quand on vient de la campagne...?
Entre autres magasins on se jete dans un leader price pour acheter à boire. La musique, un reggae/ragga/souk, au demeurant classique pour ici, s'interrompt. Morceau suivant en vidéo : « vive le vent vive le vent, vive le vent d'hiver... ». C'est LE tube de Noël ou quoi!?

Magasin "d'autisme", 'fin avec à vendre des bateaux et des cannes à pêche (cadeau de Noël du voisin de la part de la voisine).
Perso, j'essaie les lunettes de soleil, ba ouai j'ai laissé le boulot de Mitch mais pour faire du Kite, craner sur les plages ou rien qu'en journée des fois ça pourrait être utile. Sortie du magasin arrivés à la station essence, je veux enlever ma casquette et toc...le père Noël avait remis sur ma tête une paire de lunettes que j'avais essayé...c'est balo...


C'est parti, direction « montagne des singes » pour aller sur notre spot d'observation de la fusée Ariane 5.

Nous connaissons cette montagne pour nous y être déjà baladé. 20Minutes de montée en forêt pour accéder au carbet qui sera notre refuge. Arrivés un peu en avance, et comme pour fêter la fin de cette petite marche nous cassons la croute rapidement.
« Manon, on est en Guyane, à Kourou, sur la montagnes des singes, en face d'Ariane qu'on va voir décoller, c'est fou! ».
Il commence à faire nuit. Et rapidement d'autres spectateurs arrivent sur le site. Une soixantaine de personnes sont regroupées maintenant.
On papotte, l'heure arrive.
Le décollage repoussé de quelques minutes, ce sont des tranches de 7 minutes à chaque repors pour laisser le temps de re-re(..)vérifier les infos de la fusée .
Il fait nuit. On fait connaissance et on papotte avec de tout nouveaux arivant en Guyane. Le décollage est encore repoussé de quelques minutes. On continue de discuter et ... il fait jour...(!!?!). Les visages de tous sont éclairés...dans un sursaut on se redresse et on voit une boule de lumière formant un halo à l'horizon. La fumée et les nuages se confondent. Sorte d'explosion « mururoantesque ». Et sort rapidement des nuages bas, un petit suppositoire sauce pimentée au train. On voit à peine la fusée mais les feux semblent d'ici gigantesques. C'est une sorte de boule de feux qui se jouerait de la pesanteur. Le tout dans un silence...
Elle à décollé depuis 5secondes et on se doute qu'on ne la verra encore que peu de temps. Arrivé à la moité de sa course visible, le son nous parvient enfin... On se demandait si on allait entendre quelque chose, et bien oui. Un vrombissement lourd et puissant nous arrive. L'image lumineuse des propulseurs au départ encore en tête, associé au doux vacarme qui arrive, nous laisse imaginer la puissance de l'engin et de ses petites roues de feu qui le stabilise.
10 secondes plus tard on la voit encore qui monte. On s'aperçoit qu'elle lache ses tuteurs. En manque d'engrais ils ne lui sont plus utiles et retombent, fumants, doucement. Gagnant ainsi son autonomie, elle poursuit son chemin vers « l'infini est au dela.. ».
Magnifique, extraordinaire...

3 heures de route, 5 heures d'attente, 20 minutes de marche, 20 secondes de fusée...

Je reste quelques secondes encore la tête en l'air comme pour vouloir encore profiter de ce moment, les oreilles encore bourdonnantes.
Manon, pourtant peu interessée, par le décollage, en a eu des frissons.

L'esprit « enfusé » on redescend jusqu'à la voiture. Petzls aux fronts, la randonnée nocturne s'avère très agréable.

On regagne notre engin bien terrestre pour regagner notre espace de vie saint laurentais.

On voudrait que le trajet de retour soit aussi une partie de l'aventure. On passe devant Sinnamary, une petite ville très sympa. Qu'est ce qu'on fait? On s'arrête, on s'arrête pas..? Allé, arrêt. Tout surpris, la ville est en fête ce soir, et célèbre les 20 ans d'un groupe de music. C'est tenues et danses traditionnelles au milieu de la ville. Nous on boit un verre et on profite du spectacle. On se félicite aussi d'avoir eu le nez aussi creux en s'arrêtant.

Bien que tout content, il nous reste encore pas mal de route (1h30 en gros...), on repars.

Iracubo est une ville frontière, séparant géographiquement et concrêtement l'Est de l'Ouest. Avant l'entrée de cette ville se trouve un pont et juste au bout de ce pont des militaires barrent la route. C'est un point d'arrêt obligatoire pour tous afin de prouver son identité. Nous passons sans problème le barrage, et nous entrons dans ce village qui se résume grossièrement à une portion de route jalonnée d'anciennes maisons et de quelques superettes chinois.

Ici, c'est la fête du village! Et nous, on n'est pas pressé... Ambiance bal muzette créole. Petit plaisir en goutant un sorbet à la maracudja, que j'ai aidé à tourner (Cf photo pour comprendre mieux).

Encore tout fier de nous être encore arretés, on repart sous la pluie.

Fin de trajet pluvieux, je n'ai pas de superlatif. Une pluie incessante et puissante. Dans la voiture de ma position je ne voyais presque plus rien. Les essuis glace, à se décrocher, balayent le pare brise à la vitesse de l'éclair. Une buée, fumée blanche collante, stagne sur le pare-brise, impossible de s'en défaire. Je n'ai jamais vu ça!!. Ni vraiment à l'interieur, ni vraiment à l'exterieur, le voile blanc associé aux litres d'eau qui nous tombent dessus nous font rouler à 50 en pleine ligne droite.

Avec toute la pression du monde et un peu d'appréhension je conduis avec la confiance de Manon...la mienne s'étant évaporée progressivement depuis bien des kilomètres...

Nous rentrons à la maison sains et saufs, escortés par David (le « mon loulou » de Manon) dans les derniers kilomètres. Il à du avoir peur du temps que nous avons mis pour revenir de Kourou...


20122008Ariane955473973



Note: 0/5 - 0 vote(s).
Syndication :

Précédent - Suivant - Retour à la liste des messages

Par el cubano frances

le 14/02/2009 à 15:00:07

Je sais que tu es incomparable dans le style mais tu "aldeberesque" dans tes textes parfois. C'est un régale !

Répondre à ce commentaire

Par Jean-philippe

le 14/02/2009 à 17:27:30

Que veux-tu, les dieux m'transportent...
Merci mon grig', j'essaie de m'appliquer pour que ce soit sympa à lire pour vous, sympa à écrire pour moi...même si c'est quand même assez long!
J'te bise amigo, el cubano frances.

Répondre à ce commentaire

Par el cubano frances

le 14/02/2009 à 20:27:15

Pourvu que ça dure !! Qu'est ce que c'est bon !!

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire

Kikooboo.com (Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage) recommande Get Firefox!
 Publicité : pub-wwfpub-greenpeacepub-amnesty