Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  
 Prénom  Jean-philippe  Nom  
 Age  0  Minimessages  Envoyer un message
 But du voyage  Tourisme  Durée du séjour  indéfini
 Date de départ  23 AOUT 2008   Note: 5/5 - 6 vote(s).
 Description : 

[ Diaporama ]

[ Diaporama Flash ]

[ Vidéos ]

[ Suivre ce carnet ]

[ Derniers commentaires ]

[ Le trajet de Jean-philippe ]

[ Mes liens favoris ]

 Localisation : Guyane française
 Date du message : 20/11/2009
 Diaporama des photos de ce message
Page précédente Page suivante Retour liste messages Imprimer
 Petit saut pour une auto

 

Vendredi 20 Novembre

Petit repas au restaurant pédagogique du collège. Mais malheureusement il n'y a pas mon élève, et si je viens manger ici c'est bien pour lui, alors il faudra que je revienne la semaine prochaine!...


20112009Jean-Glouti955473973

 


Samedi 21 et Dimanche 22 Novembre

Après avoir longuement écumé les sites internet sur les voitures d'occasion en Guyane, je passe la seconde et me rends sur le terrain. Faut quand même vraiment se mettre un coup de klaxon au cul pour faire 300 kilomètres pour voir des voitures genre mises en circulation en 1990, + de 100 000 au compteur à 3000 euros...Mais bon, acheter des épaves d'occasion à des prix défiants toute concurrence, ici on est rodés.

Bon d'accord pour aller chercher des voitures mais faut quand même faire quelque chose de sympa. Avec Sophie nous déroulons les petits chemins et autres endroits secrets pour le quidam se trouvant sur la RN1 reliant Cayenne et Saint Laurent.

Après un départ qui a un peu trainé (on est quand même samedi matin!) nous arrivons à Kourou, et là je me dis, pourquoi ne pas m'acheter une fusée... Pratique pour éviter les trous de la route de Saint Laurent, mais les morceaux de Soyouz n'arrive par bateau que demain.., mince. Nous arrivons donc, il est 12h25, les concessionnaires ferment à 12h30. Mais où se trouvent les concessionnaires à Kourou?? Nous nous dirigeons donc rapidement vers là où nous amène une vague idée. Pas de houle mais du bol, c'est bien là. 4, 5 concessionnaires sont regroupés vers l'entrée de la ville. Pas vraiment besoin de plus de temps pour voir que ce n'est pas ce que je recherche. Rien en dessous de 4000euros. On espère, on s'accroche, on se sépare pour gagner du temps et voir le plus de voitures possible, diviser pour mieux gagner. Rien à faire.
Les concessionnaires te mettent un soufflet dont tu ne te relèves pas, K.O par le compteur.

Sans se laisser mettre au garage comme ça, j'appelle mon RDV. Une 106 commerciale, blanche, de 2002, 55 000Km, 3000 euros ; elle à l'air propre mais c'est pas trop mon budget de base. Même si je pense que mon budget de base devra monter en température...

Nous poussons notre route pas notre voiture, jusqu'à Cayenne ; pas la Porsche, la ville.
Là se trouve une ford fiesta blanche de 150 000 km à réparer, 1700 euros. Faut-il encore que j'avance l'argent pour que les réparations soient faites!... Mais au moins ce garagiste m'enlève une épave du pied, je veux dire qu'il est susceptible de récupérer mon ancienne voiture et déduire d'autant le prix sur la « nouvelle ». Pas super satisfaisant.
J'ai abattu toutes mes cartes pour le week end. Capot! Pas de décision de prise.
Pour se changer les idées, direction la plage de Rémire/Montjoly. Et en fin de soirée retour sur Kourou pour dormir-encore- au quartier Amérindien.

Nous profitons de la route du retour vers Saint Laurent pour essayer...-nous avons le choix...- Petit Saut. Ce n'est pour l'instant pour nous qu'un panneau de direction.
Petite route sinueuse, jalonnée de carcasses de voitures qui - elles - ne sont pas à vendre, et aboutissant à un énorme barrage hydro-éléctrique. Barrage fermé aujourd'hui mais ouvert la prochaine fois que nous viendrons.
Curieux des alentours nous nous aventurons un peu et tombons sur une maison et ne pouvant plus aller plus loin et ne sachant pas ou aller nous tentons de questionner l'autochtone. Précédé par ses deux gros rottweilers, un gars légèrement bedonnant et tatoué comme après une grosse promotion sur l'encre de couleur, débarque. Nous discutons cinq minutes et il nous informe de ce qu'il y a à faire dans les parages. Plutot accueillant donc (vu nos antécédents), il place quand même qu'il est armé et n'hésite pas à tirer sur les brésiliens du coin (« Galimperos » ou chercheurs d'or, certes potentiellement dangereux). Les gendarmes lui auraient dit que s'il touchait, ce ne serait pas la peine de venir les chercher.
En s'éloigant un peu, toujours vivant, nous repérons l'un des endroits que le mec nous a indiqué. Nous descendons le long du grillage après être passé à coté du portail. C'est le coté réserve d'eau avant le barrage. Nous profitons du soleil, de la relative transparence de l'eau et de la surveillance d'un maitre nageur qui s'ignore pour nous baigner. Le maitre nageur n'est autre qu'un gendarme qui attendait du coté interdit du grillage, à qui nous avons demandé un endroit pour se baigner. Après l'avoir dépassé, nous avons descendu quelques mètres supplémentaires, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de grillage et sommes passés de l'autre coté.

Nous poursuivons notre chemin, un peu plus loin et en hauteur, vers un endroit où on peut boire un verre et admirer un peu le pont. Rencontre avec deux vrais personnages, des anciens de Guyane que nous ne manquerons pas de revenir voir.

Suivant leurs conseils nous découvrons quelques uns des lieux alentours pour aboutir au plus bel endroit qu'il m'ait été donné de voir en Guyane. Un bassin articiel servant à un club de plongée : endroit propre, aménagé de carbets entretenus, électricité par groupes électrogènes, plongeoir, plate forme au milieu du bassin, échelle pour acceder à l'eau... La guyane est encore suprenante et c'est tant mieux!


2122112009Jean-Guy955473973


Note: 0/5 - 0 vote(s).
Syndication :

Précédent - Suivant - Retour à la liste des messages

Laisser un commentaire