Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  
 Prénom  Jean-philippe  Nom  
 Age  0  Minimessages  Envoyer un message
 But du voyage  Tourisme  Durée du séjour  indéfini
 Date de départ  23 AOUT 2008   Note: 5/5 - 6 vote(s).
 Description : 

[ Diaporama ]

[ Diaporama Flash ]

[ Vidéos ]

[ Suivre ce carnet ]

[ Derniers commentaires ]

[ Le trajet de Jean-philippe ]

[ Mes liens favoris ]

 Localisation : Guyane française
 Date du message : 23/11/2008
 Diaporama des photos de ce message
Page précédente Page suivante Retour liste messages Imprimer
 Un judoka s'éteint enfin se mets en veille...mais est toujours bien allumé

 

Vendredi 21 novembre


En classe je suis un élève de Ce2, Réno. Entre parenthèses il faut juste savoir que les blacks Guyannais sont trop mignons quand ils sont petits et trop bien gaulés quand ils sont grands. On n'est pas tous égaux à ce niveau la, c'est dégueulasse! J'vous l'dit ils vont conquerir le monde, en commençant par le diriger.
Bref, en classe la leçon porte sur les 6 continents : Europe, Asie, Océanie, Afrique, Amériques (!...), Antarctique. A l'énnoncé de ce dernier, Réno de répondre : « - C'est là où il y a le père Noël !?... - heu, oui..c'est là ou il y a le père Noël » Que dire d'autre!?..


Ce midi, Philippe, de « Chez Philippe » un resto chinois (si, si), m'a serré la main! Il ouvre la porte de son resto et me voit commander, il me sourit largement et me tends la main avec une amplitude de vieux amis... Genre le client fidèle ....


Ce soir c'est judo...enfin on verra. Tant que le kimono n'est pas ceinturé, et le partenaire matté...

Interlude sans interêt que je livre comme un ippon en plein match de tennis (je ne sais pas pourquoi je me suis mis à écrire ça, avec ce style) :
Le combat
Deux judokas après quelques regards explicites se rapprochent, timides, hochent rapidement la tête et reprennent ce contact impalpable et transitoire. Dans leurs habits de pureté, laissant transpirer la chaleur de leurs corps, ils jouent une petite danse ; quelques pas ajustés, quelques jeux de mains, puis le premier halant rapidement l'autre. Poignant tête à tête. Son corps blotti contre celui de son partenaire, le dos calé contre son ventre, ses bras enlaçant le sien jusqu'à l'épaule pour culbuter, se laissent tomber sur ce tatami douillet, lit d'oranges ouvert aux yeux de tous, où côtes à côtes, essoufflés, ils poursuivent.
Chacun voulant dominer. L'un, dominant, caresse la gorge de sa conquète avec ses poignets, l'autre, dominé, tente de l'empoigner par les hanches pour reprendre le contrôle d'une situation qui lui échappe. Ce dernier, dans une suée finale, maintenu, contenu, jete toutes ses forces pour tenter de sortir de l'étreinte.
Moment ultime, délivrance, moment ou cette troisième personne entre en jeu, arrête de matter pour annoncer la fin de cette union qui aura durée environ 4 minutes.

Ce soir c'est judo...disais-je...Je fais l'effort. Arrivé la-bas je rentre dans le gymnase... « Jean-philippe... ». Le prof, dehors, assis. « Mathias (le jeune de 14 ans) ne viendra pas mais peut être...[...] » ok, c'est mort... Papottage ¼ d'heure... J'ai dit (mais peut-être pas assez explicitement) que je ne viendrais plus ; mais que si dans un avenir plus ou moins proche (mais réel!) il y avait des gens motivés, il pouvait me contacter pour que je vienne...
Donc concernant le judo c'en est la...suite dans le courant de l'année (certainement 2009!).

2111208Jean-Guy955473973



Samedi 22 Novembre

Aurore a eu la bonne idée de me proposer de faire une recette qu'elle a trouvé dans un bouquin. Elle invite aussi des amis à nous pour goûter ça... Allé, j'accepte le challenge.
C'est la recette du Bami. En gros ce sont des nouilles et du poulet. C'est en fait ce que je mange déjà toute la semaine... mais bon. Ma tante tu voudrais pas essayer de lancer ça dans les coins d'Aix?...
Le matin, courses au Super U : Nouilles, poulet, citron, bouillon de volaille, concombre, girofle, oignon, ail, je prendrai à la maison du beurre mais très très peu, du gingembre, du sucre et l'ingrédient secret : de la sauce Kechap (nan, nan y a pas de faute!). C'est une sauce soja sucrée ; hyper bon! Un petit mélange de tout ça a donné un petit repas pas mauvais plutôt apprécié, je crois.


Ah oui, après être allé au SuperU j'ai acheté une machine à laver.
Après avoir passer ma dernière annonce « Urgent pour cause de linge sale qui s'entasse : cherche machine à laver 100 euros. » resté lettre morte, je me suis quand même décidé.
La voisine aussi cool soit-elle commençait à en avoir assez, elle commençait à emettre quelques réserves : « Manon, je peux venir faire une machine s'il te plait ? -NONNNN, va t'en acheter une!(fin de citation) ». Mais c'est marrant comme un pack de bierres arrive à l'adoucir!
Et je crois qu'Aurore, en laissant la bassine avec du linge dans la baignoire avant que je prenne ma douche me laissait un signe tangible. Ou alors ce n'était qu'un oublie « hihih j'ai ro-oublié mo bossine hihihi ». Un acte manqué ? Pour utiliser son jargon.
Tour en ville chez MégaBriel (cherchez le jeux de mots, moi j'ai des pistes mais c'est tellement nul que c'est impossible que ce soit ça!) pour me trouver The machine à laver. Enfin 'The one' la moins chère, voire en promo.
Perle rare trouvée, incroyable!
Mais impossible de la rentrer dans la voiture, elle ne passait pas par la portière avant, encore moins par l'arrière. Je ne parle pas du coffre qui ne s'ouvre de toute façon pas du tout...Le mec du magasin me demande : « c'est à vous la voiture? -oui..? » Il part dans les recoins de l'entrepos. Qu'est ce qu'il veut y faire à ma voiture! Déssouder la porte?! Il revient. Seule solution le toit me dit-il. C'est parti.
On la pose presque délicatement sur le toit, qui s'enfonce presque de 10cm...Je la recale un peu plus en arrière, sur l'encadrement du coffre, histoire de pas se marrer en trouant le toit et en recevant la machine sur la tronche en conduisant.
Il est revenue avec un morcau de fil plastique pour entourer la machine. C'est ce qu'il à fait ; il a entouré la machine et l'a serré aussi fort qu'une ceinture de baggy serre la taille. Le truc serait efficace comme un lacet en guise de ceinture de sécurité...
Le trajet entre le magasin et la maison a été sympa. En fait rien à déplorer mais simplement quelques craintes : voir la machine passer par devant, tomber derrière, sur un coté (avec quelques dommages collatéraux évidemment!) ou simplement les flics qui me demanderaient pourquoi je joue le « jean-du-voyage ».
Retour à 2 à l'heure, pas de flics, pas de bosse ayant fait voler la machine.
Maintenant on pourra enfin laver nos vêtements sans demander la permission.

Soirée salsa de prévu. Après une grosse expérience comme la mienne en la matière je crois que je peux y aller tranquille!
Des collègues à Aurore, insouscientes, m'invitent à danser...Grosse cata, au début impossible d'aligner un pieds devant l'autre. C'est pourtant pas compliqué jles vois les autres, ça bouge bien, ça tourne, à toi , à moi de tourner, on tourne ensemble et hop repetits pas bien ajustés, synchronisés, cadensés...bien dégouté. Enfin ça va mieux ( à mon niveau) en fin de soirée. Même une salsa un peu adapté sauce "jsais pas jouer" avec Aurore qui à été très sympa. Au moins elle sait que je ne sais pas danser alors elle s'adapte ; bien marrant. Merci Aurore, si tu lis ce message : encore une fois désolé, j'aurai voulu préserver un peu tes pieds...

Contre soirée dans un bar resto un peu plus loin : La Goêlette. En fait c'est un bateau échoué qui a été réhabilité pour de nouvelles fonctions. Bateau surplombant le Maroni, offrant un superbe vue sur le Surinam. C'est l'anniversaire de ses 25 ans, on part y faire un tour. Ambiance résolument pas salsa! Zouk ou une de ses nombreuses dérivées...ça passe mais au bout d'un moment...On y passe quelque temps, histoire de retrouver au bout d'une petite demie heure les personnes qu'on avait quitté à la soirée salsa (au Mambari). A la base La Goêlette est un resto assez chicos, bon, mais un peu cher à ce qu'il se dit...peut être un jour, mes petits sourds me payerons un bon gueuleton...

 

22112008Jean-Guy955473973

 


Dimanche 23 novembre

Motivation cet après midi je me retente Terre Rouge. Il ne pleut pas, bon ok ça menace (encore) mais j'y crois (encore).
Je dois retrouver la voisine la bas. Le deal est passé je ne peux pas reculer. En plus si c'est vraiment trop loin ba ...j'y vais quand même, pas question de montrer que je suis pas cap' d'aller jusque là bas!
Allé, je ferre mes meilleures baskets, enfin les seules, détour par l'abreuvoir et c'est parti. Passage par la piste de Vampire ( ça va devenir mon petit chemin de course!), passage devant les bureaux de l'APADAG (coucou, à demain!), je poursuis jusqu'au pont de Balate, village Saint Louis, village de Pierre, je continue, la route est longue, il fait bien chaud, je ne sais pas où c'est exactement mais j'avance. Pas de pluie, pas de T-shirt, pas vraiment de trottoir non plus... pas d'ampoule c'est bon signe, pas d'autres coureurs c'est trop loin, pas de ravitaillement c'est pas un marathon, pas de climatisation c'est normal, pas de vélo c'est dommage, pas d'ombre c'est pour le bronzage, pas de point de coté c'est pas indiqué, pas de panneau Terre Rouge c'est pas indiqué..  
Je le vois, le croisement. Je tourne à droite. Je passe une route tortueuse, un vilage Amérindien et...et...j'y suis. Je suis à Terre Rouge la crique que j'ai vu la première en arrivant en Guyane ; celle que j'ai cherché à plusieures reprises. Je pose rapidement mes chaussures pour profiter de la fraicheur relative de l'eau. Un bouillonnement se forme presque quand j'entre dans l'eau, c'est trop bon! Je fais quelques mouvements de brasse quand un énorme coup de tonnerre retentit. Il est loin, hein?...j'ai le temps de ...second coup de tonnerre encore plus violent. Le ciel est plutôt clair au loin derrière, nuageux derrière, sombre au dessus, gris devant et noir loin devant. Troisième coup de tonnerre. Le quatrième sonnera le départ de la majorité des personnes présentes.
Je fais le retour en voiture, sous une pluie me battant. 
Je suis allé à Terre Rouge! L'étape suivante sera de faire l'aller/retour, la baignade comme temps de repos.

Pas le temps de prendre le temps de perdre son temps, ce soir c'est cinoche : 'Entre les murs'. Histoire, en fin de weekend, de se souvenir pourquoi l'enseignement est un beau métier...
Oui, je sais ça fais un baille qu'il est passé en France... Je crois que le mois prochain on a en avant-première 'Le jour le plus long'...AhAhAh!...Vous avez Cuba, la Guadeloupe ou le Brésil à moins de 2heures d'avion!??


Pour l'anecdote, ce soir je vais encore mettre le ventillateur pour dormir, et vous?


23112008Jean-Guy955473973

Note: 0/5 - 0 vote(s).
Syndication :

Précédent - Suivant - Retour à la liste des messages

Par El charengero

le 08/12/2008 à 23:33:13

Ah, tu vois Aurore est sympas et surement patiente pour te servir de partenaire en salsa. Quand je te dis que la salsa est surtout une histoire d'amitiés (au moins) !!

Répondre à ce commentaire

Par Jean-Philippe

le 09/12/2008 à 02:16:08

Quand tu vois danser certains tu peux légitimement te demander si ce n'est pas de l'amitié illégitime...
Mais ouai Aurora à été cool...enfin elle à pas réitéré le truc mais bon...on verra la prochaine soirée

Répondre à ce commentaire

Par El charengero

le 08/12/2008 à 23:34:13

Alors "Entre les murs" ?! Qu'est ce que tu en as pensé ?

Répondre à ce commentaire

Par jean-philippe

le 09/12/2008 à 02:19:23

ça aurait pas value un palmier ou un os car il n'est pas assez bon. Mais j'ai bien aimé!
Je ne peux pas le comparer avec "être et avoir" que je n'ai pas vu...

Répondre à ce commentaire

Laisser un commentaire